TOTUS TUUS, MARIA !

JOYAUX DE LA GRÂCE

Méditations sur la signification profonde des grandes stations
de la Vie de Jésus et de Marie

inspiré par la Très-Sainte Vierge Marie à

Myriam van Nazareth

15. La Conception Immaculée de Marie
16. La Naissance de Jésus Christ sur la terre


www.maria-domina-animarum.net

TOTUS TUUS, MARIA !

JOYAUX DE LA GRÂCE

15. La Conception Immaculée de Marie

La Signification profonde de la Conception Immaculée de Marie
la Fête du 8 décembre

Myriam van Nazareth

Constater que Dieu, la source de toute vie, lumière et amour a toujours une longueur d'avance par rapport aux ténèbres, c'est l'un des plus grands signes d'espérance pour l'âme du croyant. Quand Dieu conçut le Projet de la création de l'homme, Il a avait en même temps présent à l'esprit le projet d'élever l'homme au rang d'un être devant vivre à Son image et à Sa ressemblance. Dieu devait donc envoyer Son Fils Jésus Christ dans le monde au moment qui Lui semblait adapté, pour y vivre une vie avec une apparence humaine. Pour que le Fils de Dieu pût unir , outre celle-ci, une entité humaine à Sa Divinité, le Christ devait naître d'une femme humaine. Dieu conçut donc le germe de cette femme, La nommant "Mèr-i-am", "Océan de qualités divines, d'amour, de puissance, de richesse, de beauté et de gloire." Avant même que Dieu ne créât le germe de l'âme de Marie, Il montra dans une vision l'esquisse de ce germe aux habitants du Ciel.

Quand Dieu passa à l’acte et créa les premières âmes humaines, Il conclut avec elles une alliance en vertu de laquelle elles devaient vivre dans Son « Jardin de Sainteté » (au Paradis Terrestre), dans un état de sainteté parfaite et avec pour unique besoin celui d’être aimé de Dieu, et d’aimer Dieu. Dieu plaça tout sous leur protection, mais leur donna toutefois l’interdiction de manger des fruits d’un certain arbre du Paradis Terrestre. Cette interdiction devait avoir valeur d’épreuve de l’amour que les âmes portaient réellement à Dieu: L’amour véritable montre du respect pour les désirs de l’Aimé et la forte tendance à placer ces désirs au-dessus des siens propres. Or la première femme, Eve, suivit l’insinuation de Satan, qui la poussait à contrevenir à la Loi de Dieu, comme lui-même l’avait fait. Cet acte d’obéissance fut le péché originel.

D’après la Loi de la justice Divine, le péché originel devait, désormais, exclure de la véritable, parfaite sainteté ceux qui devaient la posséder pour parvenir à l’Eternelle béatitude du Ciel. La vie que le Fils de Dieu devait mener sur la terre, devait , par ses souffrances rédemptrices et pas Ses enseignements, préparer à nouveau les âmes pour la réalisation de ce grand projet. C’est ainsi que Dieu, bien avant le péché originel, avait déjà vu les choses: le Christ devait relevé la nature humaine.

Le premier péché allait avoir des conséquences d’une portée et d’une profondeur inimaginables. Eve était destinée au départ à être la reine de la Création, qui, conjointement avec Adam, premier roi de la Création, devait représenter Dieu à la face de toutes les créatures. En blessant l’alliance conclue par Dieu avec le premier couple humain, ces deux premières âmes n’étaient plus capables de représenter Dieu dans la dignité de la vraie sainteté vis-à-vis des créatures ni de régner en conformité avec la loi divine sur la Création. Mais Dieu ne voulut pas renoncer à Sa conception idéale originaire, dans laquelle l’âme humaine devait être prête à être élevée au rang de créature à Son image et à Sa ressemblance. Marie (Mèr-i-am) devait être la réponse de Dieu à la dévalorisation de l’âme humaine par Satan, le prince des ténèbres.

En raison du péché originel, chaque âme, à la suite du premier couple, fut marquée d’un signe spécifique. On pourrait comparer ce signe à une hypothèque sur une maison: pour les premières âmes, la sainteté, l’union profonde à Dieu, était un droit acquis. Pour toutes les âmes venant après elles, elle allait être un bien très chèrement acquis, chaque cotisation manquante donnant lieu au paiement d’énormes intérêts. Pour achever de payer le temple de l’Alliance avec Dieu, l’âme doit faire un gros effort, sa vie durant. Or l’âme de Marie fut mise au monde sans être grevée de cette lourde charge. En Son Âme, le temple de l’alliance avec Dieu était tout prêt, et était la propriété du Créateur pour toujours. Cette création de l’âme de Marie sans la marque du péché originel est appelée Son Immaculée Conception. C’est à Marie que Dieu a réservé ce privilège, et à Elle seule.

Pourquoi Dieu a-t-Il offert à Marie le don de l’Immaculée Conception? Marie devait devenir la Mère du Fils de Dieu Jésus-Christ, à condition qu’Elle donnât Son accord. Il créa donc Son Âme sans la marque du péché originel. J’ai déjà dû comparer ce signe précédemment à un sillon qui fait s’écouler l’Eau de la Vie Divine, l’emportant loin hors de l’âme, ou à une voie d’eau à travers laquelle cette eau s’enfuit. Toute âme qui porte en elle ce sillon ou cette voie d’eau (chaque âme humaine donc, mise à part Marie) doit de ce fait combattre constamment pour conserver la vraie vie en elle. Sans la vraie vie, la force vitale que reçoit l’âme continuellement de Dieu, celle-ci ne peut pas réaliser la sainteté en elle et donc atteindre le vrai but de la vie sur terre. En Marie devait s’établir la Vie Divine en Sa plénitude: Jésus-Christ. Il eût été impensable, qu’une âme humaine créée qui devait porter en elle le Fils de Dieu ait pu ne pas être préservée du péché originel. Une telle âme ne peut être un tabernacle où règne la plénitude de la Vie Divine. En Marie, par contre, cela fut le cas.

Les toutes premières âmes, Adam et Eve, avaient également été conçues immaculées. Sans le péché originel, toutes les âmes de tous les temps auraient été conçues immaculées et auraient vécu, toutes sans exception, l’état de sainteté immaculée, celui-là même qui caractérisait les toutes premières âmes avant que ne fût commis le péché originel. Dieu avait prévu que Son Fils viendrait comme Messie sur la terre pour élever la nature humaine au-dessus de la condition des anges. A cause du péché originel, la mission du Messie sur la terre allait s’approfondir encore: Il allait maintenant être tenu d’apprendre aux âmes comment vivre à nouveau en harmonie avec Dieu, et, par Sa Passion et Sa mort sur la Croix, rétablir la possibilité de devenir saint. C’est cette mission même du Christ que Marie tente à présent, en ces Temps qui sont les Derniers, de nous apprendre: 

L’essence profonde de la mission de Marie comme Maîtresse de toutes les âmes consiste en ceci qu’Elle tente de ramener le plus d’âmes possible à l’état précédant le péché originel, qu’Elle s’efforce donc de préparer et d’accompagner le retour du plus grand nombre possible d’âmes à l’état de sainteté véritable. Si Marie dit maintenant à l’âme: "Suis-Moi", cela signifie en réalité: "Laisse-toi remodeler par Moi à Mon image et à Ma ressemblance, pour parvenir à l’état où tu serais, toi aussi, une âme conçue sans péché, afin que tu puisses vivre à nouveau l’alliance infiniment sainte avec Dieu, comme Son portrait vivant, à Son Image, et à Sa Ressemblance". Telle est la façon dont Marie Se propose, en chaque âme, de faire parvenir les Œuvres de rédemption de Jésus à leur vraie fécondité.

La Maîtresse de toutes les âmes cherche donc à achever la Mission de Jésus-Christ dans les âmes. Elle leur enseigne la Science de la Vie Divine et S’efforce, en s’appuyant sur la sainte alliance de la consécration à Sa Personne, de les remodeler jusqu’à faire d’elles des âmes où la Vie Divine se développe et est conservée comme un bien précieux qu’on ne laisse plus jamais s’échapper. C’est en vivant dans la sainteté que l’âme permet à la vie divine de se maintenir en elle. Chaque péché, chaque offense à la vertu et chaque négligence dans l’accomplissement du Bien laisse la vie divine s’échapper de l’âme par le trou du péché originel. En suivant Marie, en se mettant fidèlement à son école, comme il est enseigné dans la Science de la Vie Divine, les répercussions du péché originel dans l’âme sont annulées une à une, ce qui permet à la vie divine de «s’y maintenir» de mieux en mieux. Telle est la véritable signification du pouvoir 'recréateur' de la Maîtresse de toutes les âmes: Elle a reçu le pouvoir de remodeler chaque âme acceptant de coopérer activement à sa propre régénérescence, pour la transformer entièrement de l’intérieur en un château-fort de sainteté, tant et si bien que cette âme, de plus en plus, peut commencer à vivre comme si elle ne subissait plus les répercussions du péché originel. Tel est le vrai chemin pour parvenir à la sainteté, pour croître jusqu'à devenir créature à l'image et à la ressemblance de Dieu.

Voilà comment Dieu cherche, par l’intermédiaire de Marie en vertu de Son Immaculée Conception, à ramener les âmes à l’ état qu’Il avait prévu pour elles dès les origines. «La Femme« reste donc, au sens le plus fort et le plus vrai du terme employé par Dieu, signe dirigé vers les ténèbres, le Signe symbolique de la possibilité pour l’âme d’atteindre la sainteté véritable, le Signe symbolique du fait que le péché originel n’a pas besoin d’avoir le dernier mot, et que l’âme n’est pas obligée d’être coupée de la Vie Divine pour toujours.

La Fête de l’Immaculée Conception est la fête de l’âme humaine parfaitement sainte. Chaque âme a la mission d’endiguer en elle les répercussions du péché originel. Parce que cette mission est particulièrement difficile, Dieu offre aux âmes la possibilité de la consécration totale à l’unique âme humaine qui était réellement entièrement au-dessus des effets du péché originel: Marie. C’est précisément pour cette raison que Dieu demande si instamment que les âmes suivent Marie, se donnant à Elle par une consécration totale et inconditionnelle à Sa Personne, et qu’elles s’ouvrent avec une obéissance parfaite, par un profond amour pour Elle et une vie passée à Son service, à l’idée de Sa direction et de Son accompagnement intérieurs. Elle a été élue pour ramener les âmes à l’état de véritable harmonie avec la Loi de Dieu, telle que celle-ci existait avant le péché originel. Tel est le grand signe que Dieu a voulu mettre en Marie: Elle devait écraser Satan et enlever tout pouvoir à ses œuvres, et Elle devait le faire en vertu de Son Immaculée Conception, qui lui a permis d’être le Tabernacle parfait de Dieu, la Co-Rédemptrice avec le Christ et la Maîtresse de toutes les âmes. Dans l’ Immaculée Conception de Marie, Dieu a construit le pont indestructible entre Lui-même et les âmes.

L’alliance avec les âmes, que Dieu à l’origine avait édifiée au Paradis Terrestre, n’a jamais été annulée par Lui, ce qui n’est, par contre, pas le cas des âmes. Dans l’ Immaculée Conception de Marie, Dieu a voulu rappeler aux âmes humaines pour tous les temps la validité éternelle de cette alliance. En chaque âme, la validité de l’alliance doit être à nouveau mise en vigueur pour que l’âme puisse atteindre un niveau de ressemblance avec Marie proche de la pureté du miroir. Marie est en effet pour Dieu l’Image de l’âme humaine idéale, et, par Son Immaculée Conception, Il a immortalisé cette image en Sa personne, afin qu’Elle puisse aider, pour toute la suite des temps, à remodeler les âmes d’après Son propre modèle. Aux âmes, Dieu demande donc ceci:

  • qu’elles se consacrent à Marie toute leur vie durant;

  • qu’elles mettent rigoureusement en pratique cette consécration dans leurs vies, pour s’élever véritablement jusqu’à la fidélité d’une image parfaite;

  • qu’elles L’ acceptent et L’honorent comme Maîtresse de toutes les âmes, car c’est en cette qualité suprême, en cette « qualité des qualités » qu’Elle doit ramener l’âme à l’ Idéal de Dieu;

  • qu’elles la prient pour obtenir d’Elle la délivrance des effets du péché originel, et qu’elles participent à cette délivrance en obéissant aux instructions de Marie.

Ainsi s’achève et se clôt le cercle divin, par la Main du Seigneur: Avec l’Immaculée Conception de Marie, Dieu avait commencé la préparation à la Rédemption des âmes; à travers la Maîtresse de toutes les âmes et la Science de la Vie Divine, Il veut achever la Rédemption opérée par Jésus après avoir mené la vie d’un Homme-Dieu né du sein de l’Immaculée Conception, l’achever en toutes les âmes, et en toute âme.

www.maria-domina-animarum.net

TOTUS TUUS, MARIA !

JOYAUX DE LA GRÂCE

16. La Naissance de Jésus Christ sur la terre

Signification profonde de Noël – La Fête du 25 décembre

Myriam van Nazareth

Dieu avait dès le départ des projets extraordinaires pour l’âme humaine. Il était déjà écrit dans Son projet originaire que l’âme humaine devrait vivre dans un état de sainteté parfaite, à Son image et à Sa ressemblance. Le Créateur n’a jamais voulu abandonner ce projet, même après que les deux premières âmes humaines eurent commis le péché originel et perdant ainsi l’état de sainteté. Et Il n’y renonça pas malgré tous les péchés qui, après le péché originel, furent commis avec une passion véritablement effrénée. Parce que, en vertu de la Loi Divine, le péché et ses répercussions pour la Création toute entière trouvent leur remède dans l’obéissance, dans l’amour et dans la souffrance, Dieu devait envoyer Son Fils Jésus- Christ dans le monde pour que Celui-ci, tout en gardant pleine et entière Sa Divinité, y menât, en qualité d‘être humain, l’existence d’un homme.

Le Christ devait assumer l’état de l’être humain avec toutes ses faiblesses et toutes ses épreuves, et devait Se faire pour les âmes l’Artisan de leur rédemption à partir des séquelles mêmes du péché originel. Il devait le faire par une vie qui serait caractérisée par l’obéissance, l’amour et la souffrance. Je rappelle à ce propos que la Maîtresse de toutes les âmes définit le trio obéissance + amour+ souffrance comme le triangle de la fécondité spirituelle. La règle de vie de ceux qui suivent Jésus et se mettent à Son école devrait donc être caractérisée par l’obéissance, l’amour et la souffrance.

Voici donc dans quel esprit Dieu envoya Son Fils dans le monde: non comme adulte, mais comme Germe de l’Homme-Dieu, qui fut déposé par le Saint-Esprit en la Vierge Marie. C’est dans 'la Femme', la plus grande merveille de Dieu entre toutes les âmes humaines, que s’accomplit, par l’action de la Très-Sainte Trinité, l’union mystique parfaite, afin que Son Sein virginal devînt porteur du Messie. Pendant neuf mois se fondirent en Marie l’humanité et la divinité comme un symbole de la préparation de l’âme humaine au retour à l’état de sainteté parfaite par une naissance où elle parviendrait à un haut degré de dignité et de grandeur, au sein de la Vie Divine dans toute Sa perfection.

Marie habita avec Joseph à Nazareth, petite ville d’Israël, qui faisait à l’époque partie des territoires occupés de l’Empire romain. L’Empereur de Rome ordonna un recensement de la population dans tous les territoires occupés. Pour cela, les membres de chaque famille devaient être inscrits au lieu où était né le chef de famille. C’est pourquoi Joseph se rendit avec Marie, qui en était la fin de sa grossesse, à Bethléem, où Elle devait mettre au monde le Messie. A travers les événements et les phénomènes qui accompagnèrent ce voyage, Dieu parlait aux âmes humaines de tous les temps:

  • Le voyage à Bethléem s’accomplit tout entier dans des conditions météorologiques lamentables, et fut semé d’épreuves très pénibles, qui furent acceptées par Marie et Joseph avec un abandon total et un profond amour. Dieu voulait montrer par là que le voyage vers la renaissance de l’âme pour vivre de la vie divine est un parcours difficile, mais qui acquiert une fécondité maximale quand l’âme accepte tous les obstacles:

    • dans l’obéissance (la convocation de l’Empereur de Rome avait ici dans la vie spirituelle son pendant dans l’invitation de Dieu à l’âme à préparer sa renaissance à la vraie vie);

    • dans l’amour (Marie résista à toutes les épreuves avec abnégation pour donner le Messie au monde);

    • par la consécration de leurs épreuves (Marie et Joseph offrirent tous les obstacles à Dieu, au cours de leur prière ininterrompue et de leur consécration constante tout au long du chemin);

  • à Bethléem, l’accès à toute possibilité de se loger fut refusé à Marie et à Joseph. Dieu attire notre attention sur le fait que, au cours de l’Histoire, le Divin allait être banni de la plupart des âmes. Il n’y a pas de place dans les auberges des âmes (= dans les coeurs) pour la sainteté et ses traits distinctifs (simplicité, douceur, discrétion dans l’attitude et la mise, manque d’intérêt pour tout ce qui est du monde). On laisse Dieu dehors, dans le froid.

  • Pour finir, il semble ne plus rester d’autre possibilité à Joseph et Marie que de s’installer dans une grotte située à flanc de colline, et qui n’était utilisée que par les bergers, comme abri pour les animaux de passage quand ils montaient aux pâturages. Marie fait comprendre à Joseph qu’Elle apprécie cette possibilité davantage que la nuit passée dans une auberge surpeuplée, car Elle veut mettre au monde l’Homme-Dieu dans le silence et la solitude d’une calme retraite. Dieu attire notre attention sur le fait que beaucoup de coeurs humains sont à l’image d’une grotte dans un territoire inhospitalier: froids et malpropres.

  • Dans la grotte, on se prépare à la naissance du Christ. Il est remarquable que l’Enfant-Jésus n‘y reçoit, en fait de chaleur et d’amour véritables, que ceux de deux sortes bien précises de créatures:

    • de Marie et de Joseph, âmes humaines d’une sainteté qui ne serait jamais dépassée au cours de l’histoire;

    • de deux animaux (un boeuf et un âne): les animaux sont, au sein de la Création, les êtres par excellence qui donnent un amour sans complications, spontané.

    • Des bergers, à l‘âme toute simple, qui, non par l’effet de toutes sortes de réflexions de l’esprit, mais par la chaleur de leur coeur pressentent qu’il se passe ici quelque chose de merveilleux, venant vraiment de Dieu. Dieu adresse ici un appel aux futurs prêtres du Christ, qui doivent être appelés à être les bergers des âmes humaines, et qui ont à accomplir cette tâche avec un amour spontané jailli d’un coeur chaleureux.

    • Plus tard allaient venir aussi les trois mages d’orient visiter l’Enfant: trois dignitaires d’un rang élevé qui allaient fouler aux pieds leur rang social pour, littéralement, chercher Dieu et Lui apporter leurs cadeaux.

Il est remarquable que Dieu n’envoie Ses messagers (les anges) annoncer la naissance du Christ que, précisément, aux bergers, et non, un peu plus loin de là, aux masses d’hommes habitant la populeuse Bethléem. Et il en sera toujours ainsi: Dieu trouvera toujours le terrain le plus fécond pour accueillir Ses paroles chez les âmes qui vivent sans complications de tout leur coeur chaleureux plein d’amour et de spontanéité.

  • A partir du jour où le Germe de l’Homme-Dieu avait été déposé en Marie, Elle Se trouva dans un état de ravissement inhabituel. Durant tout le voyage à Bethléem, il sembla que Marie glissait toujours plus profondément vers l’unité parfaite avec le Christ. Quand le moment de la naissance du Messie arriva, Elle se trouvait en état d’extase absolue. L‘accouchement se passa de façon absolument indolore, et durant tout le temps que dura sa délivrance, la Mère de Dieu était enveloppée d’une lumière rayonnante. Dieu voulut ainsi préfigurer la renaissance de l’âme pour la véritable Vie Divine: une naissance à la Véritable Lumière qui gratifie Dieu d’une extase. La profonde extase de Marie à la naissance du Christ était due aussi au fait que, pendant Sa délivrance, des visions d’une beauté et d’une grandeur uniques lui étaient offertes sur la profondeur du Plan de rédemption.

A l’accouchement, la mère partage déjà en son corps la douleur que le Coeur de Dieu a ressentie par le fait du péché originel, et cette douleur lui fournit l’occasion de contribuer à la réparation du péché originel du premier couple humain. En raison de Son Immaculée Conception, Marie était largement dispensée de la nécessité d’apporter Sa contribution à cette action réparatrice. Voilà pourquoi Sa délivrance fut parfaitement exempte des douleurs de l’enfantement. En outre, il n‘eût pas été convenable que la Mère de l’Homme-Dieu fût astreinte à mettre Celui-ci au monde de façon douloureuse, le Christ ne venant apporter rien d’autre au monde que la vraie joie et la libération des douleurs causées dans l’âme par le péché.

La naissance de l’Homme-Dieu est un événement unique: le Christ n’était destiné à naître selon la chair qu’une seule fois. Noël veut cependant rappeler aux âmes plusieurs choses:

  • à savoir qu’elles sont appelées à renaître de l’Esprit, pour la Vie Divine. La Maîtresse de toutes les âmes attire notre attention sur le fait que, en ces temps qui sont les derniers, Elle a plus que jamais pour mission 'd’engendrer' les âmes dans l’esprit, en ce sens qu’Elle possède le pouvoir de diriger et de faire parvenir à leur achèvement les effets rénovateurs du Saint-Esprit en chaque âme qui se donne à Elle dans une consécration totale et inconditionnelle. Suivre le Christ, cela veut dire aussi, pour les âmes, renaître du Sein de Marie pour la Vie Divine.

  • Noël nous rappelle aussi que le Christ est venu au monde pour proclamer le Royaume de Dieu sur la terre, et que, en ces temps qui sont les derniers, sont également 'mises au monde' par Marie (c’est-à-dire remodelées, renouvelées) les âmes qui doivent construire les fondements de l’édification du Royaume de Dieu sur terre. Marie est ainsi vraiment la Mère du Royaume de Dieu sur la terre, puisque, en vertu du Décret divin, le Roi de ce Royaume, le Christ, devait déjà naître d’elle. En ces temps qui sont les derniers, Marie est près d’accoucher de la réalisation du Plan de salut divin, qui sera vraiment accompli avec la fondation du Royaume de Dieu sur la terre.

Chaque année, Noël est un appel de Dieu adressé à chaque âme à se tenir prête pour une nouvelle vie, pour une renaissance du sein de Marie en vue de mener une vie qui soit une vraie imitation de Jésus-Christ. Dans la nuit de Noël, Dieu veut en effet venir mettre au monde Jésus dans l’âme, pour y grandir en union avec l’âme et la faire participer continuellement à la nourriture de Son Corps rédempteur et aux bienfaits de Son amour, qui libéreront l’âme de tout ce qui, dans la vie mondaine, la maintient prisonnière de l’état de disgrâce. Pour cela, l’âme doit donner à Marie accès à son âme, pour être capable de nettoyer la pauvre grotte de sa vie intérieure de toute impureté et de toutes ténèbres, et la remodeler pour faire d’elle un tabernacle de sainteté où le Christ puisse épanouir Sa Divinité.

Noël doit être la naissance de la Véritable Lumière dans l’âme. Dieu l’a voulu comme recréation de l’âme, qui passe de l’état de grotte malpropre et obscure à celui de foyer d‘amour, de pureté et de sainteté, à la naissance, dans l’âme, de la véritable identification au Christ.